Pratique de la joie devant la mort

« La pratique de la joie devant la mort » est un texte de Georges Bataille qui devait être publié dans Acéphale no 5 (juin 1939), titré « Folie, Guerre et Mort » est anonyme, mais est en fait entièrement écrit par Bataille (le titre proposé par André Masson aurait dû être « Terre érotique« ) . Préparé mais non publié, il est « placé sous le signe tragique de La Pratique de la joie devant la mort  », et comprend les textes « La Folie de Nietzsche », « La Menace de guerre » et « La Pratique de la joie devant la mort », sorte d’exercice spirituel à l’usage d’un mystique athée.
Bernard Noel a publié ce texte en 1967 au Mercure de France
En 1968, au Festival de Nancy, nous avions assisté à une lecture performance de cet écrit donnée dans un café de la place Stanislas, en compagnie d’André Benedetto et d’Armand Gatti.

en 2024 j’ai passé ce texte dans ma machine à graffitis avec des fragments peints de Christian Bourgeois tirés de sa série « Les enfers » avec une voix I.A. !


Voir le clip vidéo (14’30)


« Le monde intime s’oppose au réel comme la démesure à la mesure, la folie à la raison, l’ivresse à la lucidité. Il n’y a mesure que de l’objet, raison que dans l’identité de l’objet avec lui-même, lucidité que dans la connaissance distincte des objets. Le monde du sujet est la nuit : cette nuit mouvante, infiniment suspecte, qui, dans le sommeil de la raison, engendre des monstres ». G.B.






Ben Vautier, « Zen for head »

WordPress Video Lightbox Plugin
error: Content is protected !!